Le forum RPG de la série de Erik L'Homme et Pierre Bottero.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une rencontre dans un quartier branché, ça peut faire sourire... Ou fuir !

Aller en bas 
AuteurMessage
Vyctorine Bridge
Touriste


Messages : 39
Date d'inscription : 11/07/2012
Age : 23
Localisation : Quelque part où son instinct l'y mêne

MessageSujet: Une rencontre dans un quartier branché, ça peut faire sourire... Ou fuir !   Ven 19 Oct - 23:56

J'avais dormi tout le matin et m'étais réveillée que dans l'après-midi. Je prenais grands soin pour m'habiller et sortais. En divaguant dans les rues, je me suis retrouvée sur une allée très classe. Je n'étais ni riche, ni trop en difficulté, mais pour moi les différences de "classe" n'étaient pas une barrière. Je savais tout de même admirer cette belle place bien agencée, avec des lampadaires assez chics et d'autres objets tout aussi raffinés. Je marchais donc apaisée dans ce lieu où les gens modestes se pressaient, en retard pour aller au travail, où les bourgeois marchaient lentement loin de tout ce qui tracasse les classes sociales moins avantagées. Et moi j'étais au milieu de tout ça. J'étais habillée avec mon seul top de marque, rouge rayé blanc, une veste de cuir blanc, un jean slim délavé assez cher et mes bonnes vieilles baskets. J'avais remarqué une jeune fille bourgeoise qui me fixait, détaillant avec envie mes vêtements de haut en bas. Mais le hic, c'est quand elle arriva à mes chaussures. Elle arqua ses sourcils d'un air hautain et détourna la tête. Cela m'arracha un petit sourire. Ces baskets c'était ce que j'aimais le plus dans ma tenue. Mes plus vieilles camarades de la vie, elles en avait vu passer des choses et j'avait tout surmonté avec ces petites merveilles. La seule chose qu'elles n'aient pas vu défiler c'était les petits-copains ! Mais ça, ça ne me manquais pas du tout ! Je repensais à Dimmitry et avant de faire quelque chose de stupide et passer pour une folle, je fourrais rageusement mes mains dans les poches. Pour le reste de l'après-midi, c'est simple: je la résume avec une petite chanson.

"Je m'baladais sur l'avenue, le coeur ouvert à l’inconnu.
J'avais envie de dire bonjour à n'importe qui.
N'importe qui et j'te vu toi et j' pris mon cou à mes bras, (Quoi?! C'est pas ça l'expression ?)
Il suffisait de te regarder pour être dégoûtée !

Oh j't'ai repéré ! Pada pada da ! Oh j't'ai r'péré ! pada pada da !
Y f''sait beau et bien chaud. T'es arrivé t'as tout gâché !

...."

Voilà le début c'est ça ! Donc pour ceux qui n'auraient pas compris les paroles de ma magnifique chanson, je marchait sur l'avenue et j'étais de bonne humeur quand je l'ai vu LUI ! Ce stupide, dragueur, incohérent, prétentieux, agacent LUI !!!

"Dimmitry, murmurais-je les dents serrées."

Le type qui avait parié que je tomberais amoureuse de lui avant deux mois était devant moi. Il était assez bien habillé, je dois l'admettre. Une chemise blanche entrouverte, un gilet de barmaid, un pantalon noir et des chaussures brillantes. Ahahah je ne l'avais jamais vu comme ça au lycée mais il faisait vraiment bourg' là. Comment ça j'ai oublié mon beau discours sur la différence des classes sociales ?! Mais non pas du tout ! C'est juste que ce... Facteur-ci change totalement la donne ! Bref... Il était accompagné par une dame pas très grande en robe avec un immense chapeau et un homme plus vieux qui la tenait par la taille. Après réflexion, je compris que c'était ses parents qui étaient en train de discuter avec d'autres bourgeois.
Vu l'expression de son visage, il s'ennuyait ferme. Ses sourcils étaient froncés et il passait systématiquement sa main toutes les deux minutes dans ses cheveux châtains en bataille. Il soupira en entendant sa mère dire (encore) "Mais c'est merveilleux Darling !".
Le voir dans cette situation pénible me fit rire. Mais malheureusement, quand je ris, c'est pas très discret... A côté de moi, le carnaval de Rio et le cirque Zavatta seraient passés inaperçus ! C'est donc inévitablement que j'attirai son attention. Il sourit quand il me vit. Un sourire de vainqueur.

"Pfff... CRÉTIN ! pensais-je.
- Alors Gamine ? Je te manquais trop alors tu es venue me chercher en bas de chez moi ? Mais c'est que j'ai bientôt gagné le pari ! me dit-il une fois à côté de moi.
- Aucune chance !! De 1, je m'appelle Vyctorine, de 2, au cas ou tu ne l'aurais pas remarqué on est dans la rue et, de 3, je me serais passée volontiers de voir ta tête.
- Alors... Vyctorine, tu vois la maison là-bas ?
-Tu veux parler du château ?
-Et bien je vis là... Donc oui en quelque sorte c'est en bas de chez moi !"

Mes yeux faisaient des allés-retours entre Dimmitry et son chez-lui. Je restais bouche-bée devant sa déclaration.

"Allons "Chérie", fermes la bouche tu vas gober des mouches ! dit-il en insistant sur le "chérie" pour me faire réagir.
-Comment ça "Chérie" ?!??! m'emportais-je immédiatement.
-Chuuuuuut, me fit-il en posant un doigt sur ma bouche. Tu veux alerter mes parents ?
-Ohhh mais c'est que tu as peur ? Dans ce cas..."

Je m'apprêtais à crier et faire tout un cinéma pour alerter ses parents quand il dit calmement:

"Bah moi je m'en fiche. Après c'est pour toi, alors si tu veux être obligée de m'embrasser et de venir chez moi tout les week-ends, vas-y !"

Soudain, je m'arrêtais en route, mais c'était trop tard, ses parents avaient déjà remarqué l'agitation.

"Ohoh, fis-je soudainement prise par la peur."

Dimmitry profita alors de mon désarrois pour glisser son bras autour de mes hanches. Je tentai de le repousser mais c'était inutile.

Puis tout s’enchaîna très rapidement.

La mère de cet opportun était totalement hystérique et bondissait de partout et son père, lui fit en riant :

"C'est bien mon fils, je suis fier de toi ! C'est ta première petite-amie !
-Heuuu... Mais je ne suis pas...
-Merci père ! me coupa-t-il en me plaquant la main sur la bouche incognito.
-Il faut que l'on fête ça !!! Hurlait sa mère, de plus en plus hystérique."

Et elle fonça vers le château. Le père soupira et nous dit que l'on pouvait rester encore au moins une heure dehors... ENSEMBLE !
Non mais c'est quoi ces manies de sauter de joie de partout?!

Finalement je me retrouvais seule avec lui encore une fois. Je décidai alors de mettre les choses au clair calmement...

"NON MAIS C'EST QUOI CE BORDEL ?!!!? POURQUOI EST-CE QUE T'AS FAIT ÇA?!
-C'est simple: pour que tu sois bien emmerdée et que tu sois obligée de rester avec moi cet après-midi. Comme ça ça me fait gagner du temps pour notre petit pari."

J'allais exploser. Je décidai de ne pas répondre pour ne pas le faire sauter, lui, et Paris par la même occasion.
Je m'approchai d'un banc face au fleuve et me laissai tomber dessus le temps de me calmer.

**********************************************************

J'avais suivi Dimmitry jusqu'à chez lui pour prendre le café avec ses parents et parler. Lorsque je sorti enfin de leur bâtisse, il était déjà 19 heures. J'avais catégoriquement refusé que le grand benêt m'accompagne pour rentrer.
En cette fin de soirée, j'avais droit à un magnifique coucher de soleil rose-orangé qui se reflétait sur l'eau du fleuve. Je restai estomaquée par ce sublime spectacle et décidai d'en profiter en m'asseyant sur le banc de tout à l'heure. Je m'y posai et m'endormi...

**********************************************************

Dimmitry était sortit quelques minutes après Vyctorine. Il allait la racompagner chez elle. Non pas parce qu'il avait peur pour elle mais simplement parce qu'il ne voulait pas lui laisser une seule minute de répit. Il la vit assise sur un banc, face à un magnifique coucher de soleil, la tête penchée en avant.
Il s'approcha et s'assit à côté d'elle. La tête de la jeune fille tomba sur l'épaule du garçon. Il la regarda et eu un sourire en coin. Il savait maintenant comment il allait la réveiller et la faire sortir de ses gonds. Il approcha sa bouche de ses lèvres et à un seul petit centimètre de son but...

"Don't me touch or I'll put a crutch." (Traduction : Ne me touches pas ou je te met une béquille.)

Cette phrase le coupa net dans son élan.

"Tu dormais pas ? demanda-t-il surpris.
-Si jusqu'à ce qu'un imbécile vienne s'asseoir sur mon banc..." répondit-elle sans aucune intonation dans la voix.

N'appréciant peu être traité d'imbécile, il croisa froidement les bras et fixa le fleuve sans un mot.
Cette réaction fit rire Vyctorine qui lui asséna une petite tape sur l'épaule avant d'admirer de nouveau ce ciel coloré.

***********//////****>

Et je me suis réveillée dans mon lit en ce samedi me rendant compte que ce n'était qu'un rêve. Il était 8h 05 de la matinée et j'étais toujours en pyjama. Je soupirais soulagée que ce ne soit pas la réalité.

"Comme si ce type pouvait être bien, ris-je."

Je me levais et alors que j'allais prendre les mêmes vêtements que dans mon rêve, je me décidais pour mettre une longue robe décontractée. Non ce n'est pas que j'avais peur mais par précaution je suis restée chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre dans un quartier branché, ça peut faire sourire... Ou fuir !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Côté, Jacques] Dans le quartier des agités
» [REQUETE] Récapitulatif : que peut on faire avec le hd mini ?
» QUe peut on faire avec PASS SURF [RESOLU]
» Sur la plage en hiver on peut faire ...
» peut-on faire cuire une crème pâtissière avec le gâteau?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A comme Association RPG :: Rôle Play :: Paris :: Avenue Mauméjean-
Sauter vers: